Retrouvez LYFtv.com sur :
logo+rss
               

Composer ses images pour le cinéma, la traduction du guide de Bruce Block

mardi 15 avril 2014


Best seller aux USA, sans équivalent en français, cet ouvrage explique les règles de composition de l’image animée et montre comment le choix du cadrage, de la tonalité, des mouvements de caméra, du contraste, de la perspective, de l’arrière-plan etc., influe sur les émotions du spectateur et contribue à poser l’intrigue et à définir les relations entre les personnages. 

Les fondamentaux de la composition de l’image 
Grammaire de l’image indispensable à tout professionnel du cinéma, qu’il soit cadreur, réalisateur ou encore monteur, cet ouvrage intemporel devrait devenir un classique pour les étudiants en cinéma comme pour les cinéastes en activité. 
A qui s’adresse ce livre ? - aux étudiants en cinéma, vidéo, animation, qui ont besoin de se former à la « grammaire de l’image » ; - aux professionnels du cinéma, de la télé et de l’animation qui cherchent un livre de référence pour garder en tête les règles de composition de l’image animée. Au sommaire : Les composants de l’image – Contraste et harmonie – L’espace – Lignes et formes – Les tons – La couleur – Le mouvement – Le rythme – Structure narrative et structure visuelle –Après la théorie, la pratique. 
 À propos de l’auteur : Bruce Block enseigne le cinéma à l’Université de Californie et donne des formations à l’American Film Institute ainsi que dans les grands studios (Pixar, Disney, Dreamworks…). Il intervient également comme consultant sur les tournages de cinéma et télévision.

Commander "Composer ses images pour le cinéma" sur LYFtv-Librairie (livraison par Amazon.fr)

------------------------
Lire la suite - Composer ses images pour le cinéma, la traduction du guide de Bruce Block

Rencontre : Patrick Bruel et Emmanuelle Béart jouent dans "Les yeux jaunes des crocodiles"

vendredi 4 avril 2014

Les yeux jaunes des crocodiles, un film réalisé par Cécile Telerman avec Julie Depardieu, Emmanuelle Béart et Patrick Bruel, raconte l'histoire de deux soeurs que tout oppose. Joséphine, historienne spécialisée dans le XIIème siècle, confrontée aux difficultés de la vie, et Iris, outrageusement belle, menant une vie de parisienne aisée et futile. 
Un soir, lors d'un dîner mondain, Iris se vante d'écrire un roman. Prise dans son mensonge, elle persuade sa soeur, abandonnée par son mari et couverte de dettes, d'écrire ce roman qu'Iris signera, lui laissant l'argent. Le succès du livre va changer à jamais leur relation et transformer radicalement leur vie. 
--------------------------- 
Abonnez vous à notre chaîne Youtube et retrouvez notre sélection sur http://www.LYFtv.com. Playlists vidéos sur Paris, Lyon, l'Europe, le Sport, la télévision, les Amériques et bien d'autres encore ! ------------------------
Lire la suite - Rencontre : Patrick Bruel et Emmanuelle Béart jouent dans "Les yeux jaunes des crocodiles"

Rencontre avec Roman Polanski (La Vénus à la Fourrure)

dimanche 10 novembre 2013

Le film réalisé par Roman Polanski et sélectionné au dernier Festival de Cannes (voir la conférence de presse sur LYon-Panoramas), sort en salles le 13 novembre 2013. 
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu'il s'apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n'a l'envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d'énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c'est avec stupéfaction qu'il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s'est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par coeur. Alors que l'« audition » se prolonge et redouble d'intensité, l'attraction de Thomas se mue en obsession...
Avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric Long-métrage français / Genre : Comédie / Durée : 1h30min. 
Lire la suite - Rencontre avec Roman Polanski (La Vénus à la Fourrure)

"Novembre des Canuts" de la nécessité de se loger au rêve d'habiter à la Croix Rousse !

jeudi 7 novembre 2013

"À la Croix-Rousse, on aime se déclarer croix-roussien de souche. Et depuis plusieurs générations si possible !" Souvent exagérées, ces affirmations témoignent de l’attachement des habitants à leur quartier. Nombreux sont ceux qui rêveraient d’y habiter : avec leurs hautes fenêtres, leurs mezzanines et leurs plafonds à la française, les appartements- canuts possèdent un cachet exceptionnel. L’environnement est lui aussi très attractif, caractérisé par la convivialité et de nombreux services de proximité. Synonyme d’un style de vie bohème, avec un esprit de village en pleine ville, le quartier véhicule une image aujourd’hui bien éloignée du faubourg laborieux et parfois insalubre du 19ème siècle. 
Les logements, si prisés de nos jours, étaient à cette époque non pas conçus pour le confort de leurs occupants, mais aménagés pour accueillir les volumineux métiers à tisser. L’architecture novatrice de ces immeubles était la conséquence directe des avancées technologiques de l’industrie de la soie : la mécanique Jacquard n’exigeait pas moins de quatre mètres sous plafond ! Chaque bâtiment était en réalité une véritable petite usine en étages, à l’inverse des constructions industrielles habituelles. 

L’espace réservé à la vie privée était alors extrêmement réduit. 
Désormais dédié à la seule fonction d’habitation, ce bâti reste l’un des rares témoins en France d’habitat ouvrier du 19ème siècle. En notre compagnie, vous pourrez exceptionnellement pousser les portes des immeubles et vous laisser entraîner là où les visites habituelles ne vous conduisent pas. Des guides atypiques vous permettront de découvrir des coins de paradis inattendus dans les cours intérieures, de décoder les curiosités de cette architecture unique et de rencontrer ceux qui en ont fait leur cadre de vie quotidien. Si les immeubles-ateliers représentaient une innovation au 19ème siècle et répondaient à des impératifs économiques, les expériences qui voient le jour actuellement en terme d’habitat sont davantage tournées vers la recherche du lien social : concilier propriété privée et vivre-ensemble apparaît comme le défi confié aujourd’hui aux urbanistes et architectes, loin devant les problématiques des deux siècles précédents. 

La Compagnie du Chien Jaune et Robert Luc proposent : 

DU 18 AU 30 NOVEMBRE 
Exposition >Tous les jours sauf le dimanche de 10h à 18h30 Maison des Canuts, 12 rue d’Ivry, 69004 Lyon Cette exposition rassemble des documents d’archives illustrant l’urbanisation spécifique de la Croix-Rousse, qui répondait aux impératifs de l’industrie de la soie : d’où proviennent les matériaux qui ont été utilisés pour bâtir les immeubles ? Comment s’organise l’intérieur des immeubles, qui habite à quel étage et pour quelle activité ?

MARDI 19 NOVEMBRE
Exposition >De 16h30 à 18h30 Ecole Aveyron, 2 bis rue Vaucanson, 69001 Lyon Par les classes de CE1, CM1 et CM2 de Mmes Cusset et Perrier, MM. Bert et Carron A peine leurs cahiers ouverts, les élèves qui occupent aujourd’hui les bancs de l’école Aveyron se lancent à la recherche de l’histoire de leur quartier : en suivant la piste des indices cachés dans leur environnement quotidien (dans leur classe, à la maison…), les enfants reconstituent le passé de leur école, qui fut la première école publique de Lyon créée avant les lois Jules Ferry. Qu’apprenaient les écoliers à l’époque de la Grande Fabrique et comment se déroulait pour eux une journée de classe ? Lancement de la 6ème édition de Novembre des Canuts Sur invitation 
 EXPOSITION Spectacle - création partagée >19h30 Restos du Coeur, 19 bis rue Dumont d’Urville, 69004 Lyon Avec des bénéficiaires et des bénévoles volontaires des Restos du Coeur et le comédien Gilles Fisseau. Ecriture et mise en scène : Valérie Zipper Cette mosaïque de témoignages ouvre la porte des imaginaires pour dessiner une « utopie habitante », malgré les difficultés : l’accès et les conditions de logement, les obstacles, les solutions, les possibles, les rêves, le système D, le logement idéal, le bâti mais aussi les relations de voisinage, l’attachement à une ville ou un quartier, la solidarité, la façon dont l’installation dans un lieu de vie forge l’identité, le déracinement et ses conséquences... Les récits de vie, où l’émotion est à fleur de peau, sont transposés dans un univers poétique où habiter signifie également « faire société ».

MERCREDI 20 NOVEMBRE
L’histoire de l’église Saint Denis >18h30 Eglise Saint Denis, 4 rue Hénon, 69004 Lyon Conférence du Père Max Bobichon, ancien curé de l’église Saint Denis Présente depuis le 17ème siècle sur le terrain portant une croix de couleur rousse, l’église Saint-Denis fait intimement partie de l’histoire de la commune indépendante, puis du quartier. N’est-elle pas à l’origine de la Vogue des marrons et du vin blanc doux ? Eglise des canuts, elle fut témoin des grandes journées de révoltes et d’espérance. Il fallait bien le talent et l’érudition de Max Bobichon pour ouvrir le grand livre de l’histoire de Saint-Denis

VENDREDI 22 NOVEMBRE
La Maison Brunet et le mystère de ses 365 fenetres >18h Petit théâtre des Musées Gadagne 1 place du Petit Collège, 69005 Lyon ^ 

Conférence de Gérard Truchet, Président de la République des Canuts 
Elle domine majestueusement les rives de la Saône, intrigue les Lyonnais et les touristes. Mais que savons-nous vraiment d'elle et de Claude Brunet, qui l'a conçue ? Venez donc satisfaire votre curiosité car cet immeuble d’exception nous révèle enfin son étrange histoire. 

SAMEDI 23 NOVEMBRE 
Explorations urbaines : les immeubles remarquables du Clos Perrin (Place Bertone) >11h et 14h (durée 1 heure environ) Rendez-vous place Bertone, 69004 Lyon Renseignements et réservation, Maison des Canuts : 04 78 28 62 04. Avec les comédiens de la Compagnie du Chien Jaune Témoins du passé ouvrier de la Croix Rousse, ces immeubles dits « canuts », sont également chargés de l'histoire de ceux qui les ont construits et /ou habités. Au cours de ces visites insolites vous serez guidés par des habitants qui partageront avec vous les trésors méconnus de leurs immeubles. Et puis, au détour d'un palier, dans l'entrebâillement d'une porte, des tranches de vie réelles ou imaginées d'habitants disparus vous seront dévoilées. Gros plan sur le Clos Perrot >10h-12h et 14h-16h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon En partenariat avec l’association One Upon a Team et le Conseil de quartier Centre Situé à proximité de la Mairie du 4ème arrondissement, le clos Perrot conserve de nombreuses traces de son passé. Les étudiants du Master professionnel patrimoine architectural et urbain (Université Lyon 2), qui se sont attachés au cours de l’année universitaire 2012-2013 à débusquer et analyser ces témoignages, vous feront partager leurs découvertes : pour vous ils feront parler les pierres de ces immeubles qui constituent notre cadre de vie quotidien. 

VISITE SPECTACLE Théâtre de Guignol - Le déménagement >18h Place Tabareau – 69004 Lyon Pièce de Laurent Mourguet, par la Compagnie Daniel Strèble “Guignol un Gone de Lyon”. En partenariat avec la République des Canuts Guignol est parti rendre sa pièce de soie à son fabricant, hélas celuici ne lui payera pas le tarif attendu et pour cause : en cours de route un incident s'est produit ! De son côté, Madelon attend impatiente l'argent qui doit lui permettre d'acheter quelques victuailles, alors comment va-t-elle accueillir Guignol ? De plus, Monsieur Canezou, le propriétaire de Guignol ne cesse de venir lui réclamer le montant de ses loyers. Mais cette fois-ci il est bien décidé à lui faire vendre son mobilier pour rentrer enfin dans ses dûs. Guignol arrivera-t-il à se tirer d'affaire ? Vous le saurez en venant découvrir ou redécouvir un extrait de la célèbre pièce créée en 1808 dont les circonstances sont, hélas, toujours d'actualité. 

DIMANCHE 24 NOVEMBRE 
Explorations urbaines : les immeubles remarquables du Clos Rey-Bonafous (rues Célu et Lebrun) >10h et 12h (durée 1 heure environ) Rendez-vous place Saint Jacques, 69004 Lyon (angle des rues Célu et Godart) Voir samedi 23. Habitat coopératif, partagé, intergénérationnel : des solutions économiques et sociales pour se loger de nos jours ? >15h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon Table ronde animée par Bernard Devert, fondateur et Président d’Habitat et Humanisme De l’obligation à l’époque industrielle de se loger sur ou à proximité de VISITE TABLE RONDE SPECTACLE SPECTACLE son lieu de travail au choix aujourd’hui d’habitats innovants et alternatifs, les conditions de logement ont bien changé, y compris pour les classes modestes. Quelles sont les évolutions et les perspectives ? S’agit-il de nouvelles utopies ou de réelles innovations sociales ? Nous vous invitons à venir discuter du fonctionnement et de l’avenir de ces initiatives avec ceux qui en sont les acteurs et militent pour un meilleur vivre – ensemble. 

LUNDI 25 NOVEMBRE 
« J’habite à la Croix-Rousse, dans le quartier Pernon » >De 18h30 à 20h30 – Soirée-rencontre Centre social Pernon, 27 rue Pernon, 69004 Lyon Quelle est l’origine de cette partie ouest du plateau croixroussien, comment y vit-on et quels sont ses liens avec sa partie – soeur, à l’est ? La Grande Rue de la Croix-Rousse marque-t-elle toujours une frontière ? Aux côtés du Centre social Pernon, nous vous invitons à venir rencontrer les anciens et les nouveaux habitants de ce quartier qui a connu d’importants bouleversements urbains. MARDI 26 NOVEMBRE Les cités ouvrières # 1 : les initiatives des travailleurs >19h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon Conférence de Guy Ongaro, membre d’honneur des Castors Rhône-Alpes Après la Seconde Guerre Mondiale, en pleine reconstruction, les matériaux sont rares et coûteux, et la main d’oeuvre insuffisante. Les familles ouvrières, qui peinent à se loger, se regroupent alors et autoconstruisent leur maison, sur le principe de l’apport-travail. Fort de plus de 30 ans d’expérience au sein des Castors, Guy Ongaro viendra vous transmettre son enthousiasme pour cet habitat singulier. 

MERCREDI 27 NOVEMBRE 
La place du logement dans les revendications sociales >17h30 – Visite de l’appartement idéal des années 1930 Musée urbain Tony Garnier, 4 Rue des Serpollières, 69008 Lyon Inscriptions au 06 87 88 86 91 Ensoleillés, spacieux, avec wc intérieurs et eau sur l'évier, les appartements de la cité des Etats Unis représentaient dans les années 1930 l’idéal du confort moderne pour les classes populaires. Fils d’ouvriers en soie de la Croix-Rousse, proche des idées fouriéristes, l’architecte-urbaniste Tony Garnier avait imaginé ces logements comme composants d’une Cité Industrielle dans laquelle, pour la première fois, le logement devait répondre à des critères sociaux autant qu’architecturaux. Cette visite vous plongera près de 80 ans en arrière, dans le mode de vie du premier ensemble HBM (Habitations Bon Marché, actuels HLM) de France. >19h – Conférence Salle du Conseil et des Mariages de la Mairie du 8ème arrondissement, 12 avenue Jean Mermoz,��69008 Lyon Conférence de Roger Gay, Secrétaire général de l’Institut régional CGT d’histoire sociale Rhône-Alpes La problématique du logement a jalonné l’histoire du mouvement ouvrier et social car elle est associée aux questions des moyens financiers des travailleurs, de dignité, de santé, de salubrité et d’hygiène, de la vie familiale et aussi de la solidarité. Depuis les canuts on retrouve ce sujet dans l’expression des revendications sociales. Cette conférence propose d’évoquer ces aspects, les différentes évolutions, mais aussi les tentatives de certains patrons du 19ème et du début du 20ème siècles de détourner cette question et les réponses qu’apportaient les organisations de travailleurs pour s’y opposer. 

 JEUDI 28 NOVEMBRE 
Les cités ouvrières # 2 : les initiatives patronales et l’exemple de la TASE >17h30 – Visite commentée du site 19h – Conférence de Jean-Paul Dumontier Maison du Carré de soie, 3 Avenue des Canuts, 69120 Vaulx-en-Velin Au cours de la révolution industrielle, certains grands patrons ont installé de vastes ensembles de logements à proximité de leur usine. Ces cités comprenaient tous les services et équipements collectifs nécessaires. Les logements étaient modernes et offraient aux ouvriers une amélioration conséquente de leur qualité de vie, même si la philanthropie n’était pas la seule motivation des capitaines d’industrie. L’agglomération lyonnaise compte plusieurs cités sur ce modèle, dont celle de la TASE. Nous vous dévoilerons cet autre visage de l’habitat des ouvriers du tissage. 

VENDREDI 29 NOVEMBRE 
Habiter l’utopie >19h CEDRATS – M-M Derion, 27 Montée Saint Sébastien, 69001 Lyon Conférence de Chantal Guet-Guillaume, Professeur de philosophie en Franche-Comté et auteure de l’ouvrage « Fourier ou la pensée en contre-marche » Habiter l'utopie, c'est dire que l'habitat est censé, dans les projets utopistes du 19ème siècle, produire de nouvelles relations sociales. Ces habitats unitaires, nous le verrons, ont leurs vertus mais aussi leurs limites et leurs dérives possibles : trop de transparence, surveillance généralisée... Nous envisagerons les points communs comme les divergences entre le modèle théorique du phalanstère de Fourier et le modèle appliqué du familistère. Cet habitat utopiste, dans tous les cas, fait alliance avec une pensée sociale radicale et plaide pour un habitat digne pour tous. 

SAMEDI 30 NOVEMBRE
 La vie quotidienne des canuts au 19ème siècle >11h Bibliothèque du 1er arrondissement, 7 rue Saint Polycarpe, 69001 Lyon Conférence de Robert Luc, conteur de rues, écrivain, Secrétaire de Tourisme Croix-Rousse et cofondateur de Novembre des Canuts La Croix-Rousse est, dans la première partie du 19ème siècle, un formidable terrain où naissent des idées sociales qui vont bouleverser les rapports humains et faire naître de grands espoirs pour les ouvriers. C’est aussi une vie quotidienne dans un quartier où l’on naît, où l’on se marie, où l’on décède. Un quartier avec ses lieux de rencontre, ses faits divers, ses rues. Un quartier avec ses personnages dont certains sont entrés dans la grande Histoire. Cette conférence a pour objectif d’évoquer la vie quotidienne de ces Croix-Roussiens… pas si éloignés de nous ! Explorations urbaines : les immeubles remarquables du Clos Dumenge (rue Dumenge) >11h et 14h (durée 1 heure environ) Rendez-vous à la Maison des Canuts, 12 rue d’Ivry, 69004 Lyon Voir samedi 23. La colline de la Croix-Rousse : histoire et géographie urbaines >16h Salle du Conseil de la Mairie du 4ème arrondissement 133 bd de la Croix-Rousse 69004 Lyon Conférence de Josette Barre, Professeur honoraire des universités (Jean-Moulin – Lyon 3) Afin de comprendre le paysage et le bâti actuels de la colline de la Croix- Rousse, il convient de retracer les principales étapes de son occupation. Jusqu’à la Révolution, elle a connu une utilisation réduite et clairsemée. Ensuite, et principalement durant la première moitié du 19ème siècle, les immeubles typiques liés à l’essor de la soierie sont érigés à grande vitesse, mais principalement dans sa partie orientale. La zone occidentale devra attendre longtemps la densification de son habitat.

DIMANCHE 1ER DÉCEMBRE
12h30 Temps de convivialité – Sur invitation. Collectif La Machine, 7 rue Justin Godart, 69004 Lyon


Lire la suite - "Novembre des Canuts" de la nécessité de se loger au rêve d'habiter à la Croix Rousse !

Des guides pour réaliser ses films (exercices, organisation, financements...)

samedi 2 novembre 2013

Les éditions Eyrolles proposent deux  livres indispensables pour la réalisation de films vidéo de qualité...  Il est désormais très facile pour chacun d'inventer son propre cinéma. Mais si les coûts matériels ont considérablement diminué,  il est tout de même nécessaire d'acquérir de solides connaissances techniques si l'on veut "soigner" ses productions avant de les diffuser à la planète via Youtube ou Dailymotion ! 
Le livre "Réaliser ses films" de Steven D. Katz  s'adresse aux apprentis réalisateurs, cinéma ou vidéo, et plus largement à tous les étudiants en écoles de cinéma, classes prépa et BTS audiovisuels (futurs monteurs, cadreurs, chefs opérateurs, assistants caméra) - sans oublier les lycéens qui suivent une option cinéma-audiovisuel. Il propose un catalogue complet des procédés cinématographiques et de leur impact visuel : outils de visualisation, découpage classique, organisation des scènes dialoguées, techniques de caméra, méthodes de cadrage et de composition, mouvements de caméra et analyse de scénarios... 

Illustré de plus de 750 schémas, photographies et extraits de story-boards originaux de films d'anthologie, comme Citizen Kane, Les Oiseaux ou Empire du soleil, ce manuel s'appuie tout particulièrement sur l'étude de story-boards et de photo-boards pour comparer les techniques cinématographiques et vous apprendre, au fil des chapitres, à traduire en images ce que le scénario décrit par le texte.
Le second livre, "130 exercices pour réussir un premier film" est une traduction d'un guide de Eliot Grove, fondateur du Raindance Film Festival, le plus grand festival de film indépendant d'Angleterre, connu pour avoir réalisé son premier long métrage 35mm avec seulement...350€ en poche ! Eliot Grove enseigne le cinéma en Europe, aux Etats Unis et au Japon. 
Il propose ici une méthode avec de nombreux exercices, répartis en quatre étapes progressives : 
- l'écriture, 
- la production et la mise en scène, 
- le montage et la postproduction, 
- le marketing et la promotion. 
L'ouvrage livre conseils et astuces pour réaliser maquillages, trucages et autres effets spéciaux, avec des équipes plus ou moins grandes, suivant le budgets qui ont pu être réunis. De nombreuses références aux films qui ont fait l'histoire du cinéma ponctuent les exercices et éclairent sur les méthodes utilisées par les plus grands cinéastes....

Lire la suite - Des guides pour réaliser ses films (exercices, organisation, financements...)

Le film "La marche" : la polémique et les premières images du film de Nabil Ben Yadir

mardi 15 octobre 2013

Tourné en partie à Lyon et basé sur une histoire vraie, "la Marche" sortira bientôt sur les écrans et bénéficie d'un intérêt médiatique certain, lié au 30ème anniversaire de "la marche des beurs"...

Réalisé par Nabil Ben Yadir, à qui l'on doit la comédie Les Barons (2010), La Marche revient sur l'histoire de la "Marche pacifique pour l’égalité et contre le racisme" de plus de 1000 km entre Marseille, Vénissieux (Les Minguettes) et Paris, qui s'est déroulé  en 1983. Les principaux acteurs sont Charlotte Le Bon, Jamel Debbouze, Olivier Gourmet ou encore Hafsia Herzi. En voici les premières images :
La polémique sur la "commémoration" :  Acte de désobéissance ou refus de la récupération ? 
Toumi Djaidja était l'un des leaders de cette marche historique : trente après, il vient de refuser de recevoir à Vénissieux le Ministre de la Ville, François Lamy, qui souhaitait déposer une plaque commémorative. Il s'en explique dans un communiqué dont voici des extraits : 
 "Dans ce contexte de commémoration des 30 ans de la Marche pour l’Egalité, je me vois dans l’obligation de sortir de ma réserve. Pendant 30 ans j’ai nourri  l’espoir que l’égalité soit le chantier permanent de la République celle à laquelle nous aspirons tous. Mais aujourd’hui force est de constater, malgré des avancées certaines, l’inégalité frappe toujours voire plus encore.
Je parle de ces femmes, de ces hommes sacrifiés sur l’autel des inégalités. Beaucoup d’entre nous vivent dans des conditions inadmissibles, laissés non pas sur le bas-côté de la route mais dans le fossé des inégalités : le mal-logement, l’exclusion, la paupérisation, la marginalisation. (...)
Je ne peux cautionner l’inaction politique en signant un chèque en blanc au gouvernement. Si certains cherchent à capter l’héritage sympathie suscité par la Marche à travers cette commémoration, cela ne peut se faire à moindre frais. La commémoration doit être un moment fort où des décisions politiques courageuses et concrètes sont prises pour que l’histoire de nos quartiers populaires s’inscrivent enfin dans l’histoire de notre pays.
Nous savons la rupture de la transmission, ses conséquences et ses enjeux. Il nous faut nous construire une histoire commune, partagée par le plus grand nombre pour que vive la mémoire. Nous savons que l’histoire c’est la projection, que ce qui manque à notre jeunesse c’est l’identification projective vitale à sa construction. Mais comment cela est-il possible si l’histoire est amputée ? Là où est née cette marche aujourd’hui dans ce quartier des Minguettes, la jeunesse ne peut relater cette histoire. Après l’espoir qui a porté les électeurs, c’est dans l’isoloir que chaque citoyen devra prendre sa responsabilité... "
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)

Lire la suite - Le film "La marche" : la polémique et les premières images du film de Nabil Ben Yadir

 
 

Tourisme, voyages au départ de Lyon

 
Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv
)